Gare aux cyber-bombes perdues

La cyber-menace devient diffuse au travers des objets connectés et du cloud hybride. L’entreprise doit s’attendre au pire et composer avec de multiples infrastructures dorénavant.

« Tout ce qui va sortir des usines digitales devra avoir un niveau de sécurité irréprochable sinon ça se verra très vite, avec des incidences, au pire sur les vies humaines, au mieux sur l’image de l’entreprise », prévient Alain Bouillé, président du CESIN et RSSI de la Caisse de Dépôts et Consignations.

Voir la première partie de l’interview d’Alain Bouillé :

Pas d’agilité sans tests continus

La sécurité doit s’imposer dès la conception. Alain Bouillé, président du CESIN et RSSI de la Caisse des Dépôts et Consignations, appelle de ses vœux un changement d’état d’esprit, en particulier de la part des fournisseurs d’objets connectés au mot de passe non modifiable.

Toute entreprise devra former sur le long terme ses développeurs et ses administrateurs, et surveiller un nombre croissant d’usages du système d’information.

Visualiser la seconde partie de l’interview d’Alain Bouillé :

Auteur de l’article : la Rédaction

la Rédaction
Journaliste spécialisé, animateur de conférences et de la communauté open source OW2, Olivier Bouzereau s'intéresse au développement de services Web, aux infrastructures, au stockage et à la sécurité informatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.