Des grilles de datacenters pour la décennie 2020

A quoi ressembleront les datacenters de la prochaine décennie ? Quelles applications serviront-ils ? A quels maillages peut-on s’attendre et pour relever quels défis ? Gaëlle Pinson, Directrice de Projets Datacenters & Smart-City de la Société du Grand Paris, Christophe Weiss, directeur général d’APL France, représentant l’association France Datacenter et Michel Ackerman, 
Business Consultant d’EBRC se sont prêtés au jeu de la prospective lors de la plénière du salon Solutions Datacenter Management, le 21 mars dernier à Paris.

Zoomons d’abord autour de la Capitale. « Le Grand Paris express, c’est 200 kilomètres de lignes et 68 nouvelles gares d'un réseau de transport devant favoriser le développement économique de la Capitale » , précise Gaëlle Pinson avec une première mise en service prévue pour 2024, une seconde en 2027 et la totalité en 2030. Le réseau automatique sous-terrain favorisera plusieurs pôles thématiques dédiés, dont le numérique, inscrit dès 2010 dans l’article 2 de la loi du Grand Paris. « Il s’agit de ne pas manquer la transformation numérique des territoires et des entreprises, via une offre de fibres abondante » , explique-t’elle.

Côté voyageurs, l’accès au réseau wifi mobile dans le métro et la géolocalisation dans les gares seront proposés. Côté entreprises et collectivités, « dès l’ouverture, 144 fibres sortiront tous les 800 mètres le long du trajet, avec une capacité d’extension multipliée par 15, puis par 30. »  Au total, 1152 fibres optiques apporteront le très haut débit jusqu’aux datacenters de 250 à 1 000 mètres carrés, semi-enterrés et occupant les ouvrages vacants du métro. Ces petits centres de données semblent parfaitement adaptés à l’Edge cloud, bien que d’autres options restent ouvertes.

Un datacenter mieux intégré à son environnement

Lina Ghotmeh Architecture
Lina Ghotmeh Architecture

Dès lors, se pose un défi d’adoption par les élus locaux. Les fermes de serveurs en sous-sol pourront réchauffer des serres agricoles en surface produisant les fruits et légumes consommés par les citoyens locaux. L’intégration du datacenter 2020 à son environnement s’avère cruciale : « C’est une condition sine qua non pour faire accepter les datacenters en milieu urbain dense. Le caractère écologique du datacenter fait tomber les barrières, avec une récupération de chaleur en circuit court puis vers les bureaux ou logements. Nous le modélisons dans nos plans d'affaires et prévoyons 20% du coût du génie civil du datacenter dédié à l'intégration paysagère et urbaine » , ajoute Gaëlle Pinson.

Dans ce projet, la SGP est bailleur aux côtés de co-investisseurs immobiliers avec qui elle entend construire la coque en béton puis identifier des exploitants qui viendront compléter l'infrastructure en groupes froids, électrogènes et baies d’équipements.

Usages professionnels et personnels plus exigeants

Les datacenters en régions auront un rôle majeur à jouer dans les années à venir, estime pour sa part Christophe Weiss, le directeur général d’APL France. Il note plusieurs défis liés aux usages convergents de services professionnels et personnels, à partir des smartphones. Il s’agit donc de couvrir les deux types de besoins, en délivrant des flux de données, des flux audiovisuels et des traitements de plus en plus performants. 

« Le délai de latence subi en mode SaaS, lorsqu'on se connecte aux applications cloud, va imposer des infrastructures au plus proche des utilisateurs. La sécurisation d’un nombre croissant d’opérateurs d’importance vitale et la localisation des données en France interviennent aussi dans le maillage des datacenters en construction. L’hybridation avec un site en propre et un déport chez l’hébergeur va créer de nouveaux besoins d'infrastructures. Enfin, les crypto-monnaies et la blockchain consomment de plus en plus de calcul. On va donc s’orienter vers une mutualisation et vers une meilleure efficience des infrastructures » , prévoit-il.

Dans ce contexte, il estime qu’une certification Européenne comme la norme EN 50600 (Cenelec)  devient préférable aux classifications américaines, car elle intègre l'ensemble des réglementations et des spécificités du vieux continent. 

Plateformes de services mutualisées

« La tendance consiste à déporter les centres de données et de traitements au plus près des besoins, sous forme de micro-datacenters (une à deux baies) et d’edge datacenters de quelques dizaines ou centaines de mètres carrés répartis sur le territoire. Depuis deux ans, on note un fort développement de datacenters régionaux. De nombreux investisseurs sont intéressés car la demande est là et concerne déjà quelques 170 sites répartis sur le territoire et qui proposent des services professionnels et de l’hébergement, sur un total de quelques 5 000 datacenters en France. Les datacenters publics sont aussi en plein effervescence. Nous sommes très sollicités par les régions, les Universités, les hôpitaux et les ministères pour mettre à niveau ou créer des datacenters mutualisés, de véritables plateformes de services » , précise Christophe Weiss.

L’agilité souhaitée dans le datacenter doit aider les décideurs à s’adapter aux prochaines variations économiques.  « Tous les opérateurs nous demandent de maîtriser la qualité de services depuis le datacenter jusqu'à l'utilisateur final ; or, il se passe beaucoup de choses entre les deux. On assiste à une intégration de plus en plus forte des systèmes physiques et logiques qui composent le datacenter et à une intégration des équipes qui doivent être très disciplinairesOn y vient progressivement, en intégrant la gestion technique du bâtiment et l'IT. Le pilotage de l'ensemble exige une bonne connaissance du centre, de l'IT et de faire appel aux experts pour adresser chaque problématique de la meilleure manière » .

Emergence de grilles de datacenters

Actif à l’échelle Européenne, Michel Akerman, Business Consultant d’EBRC, voit les géants de l’Internet affairés à acquérir plusieurs dizaines d’hectares de terrain à bâtir : « Les GAFA préparent leur future grille de centres de données. Toutes les activités professionnelles sont maintenant concernées par le datacenter. Le big data et l’IA deviennent une nécessité pour le monde économique. L’industrie 4.0, les réseaux sociaux comme sources d'informations, le cloud et les terminaux mobiles multiplient les interactions quotidiennes de chaque citoyens. On va passer de 85 interactions par jour en 2010 à plus de 4700 en 2025 estime IDC ; des interactions directes ou indirectes via les objets connectés » , souligne-t’il.

Par conséquent, le black-out du datacenter provoquera l’arrêt de nombreuses activités, dans les années à venir. La criticité du business va conditionner les investissements en équipements redondants et en centres capables de résister aux pannes. « Le datacenter vient capturer de l'information depuis les terminaux mobiles, les voitures connectées et d’autres datacenters. Il devra stocker les données en mode sécurisé, tout en respectant la directive NIS et le règlement RGPD. Son infrastructure se doit d'être bien connectée, hyper-sécurisée, dans un concept de grid datacenter. La donnée reste la valeur centrale pour se projeter dans l’avenir, pour anticiper. » 

Le maillage des datacenters permet déjà aux entreprises du secteur financier d’améliorer la disponibilité de leurs activités informatiques : « A Luxembourg, en réponse aux règles de Bâle, les banquiers ont eu pour obligation de devenir résiliants. Or, un PRA (plan de reprise d’activités) de 2 heures requiert deux sites haute disponibilité distants d'une vingtaine de kilomètres ; c’est la distance idéale en terme de sécurité et d’équilibre par rapport au délai de synchronisation entre les deux mailles du système » , explique Michel Akerman.

Télécharger gratuitement les présentations Datacenters 2020

Requête documentaire DCloud News
  1. Merci de m'envoyer gratuitement la lettre DCloud News

[réduire]

Date : mars 2018
Pages : 32
Origine : Solutions Datacenter Management, SGP, APL France, EBRC

Auteur de l’article : la Rédaction

la Rédaction
Journaliste spécialisé, animateur de conférences et de la communauté open source OW2, Olivier Bouzereau s'intéresse au développement de services Web, aux infrastructures, au stockage et à la sécurité informatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.