Les robots Elodie et Helena relèvent les défis de Wyca

Wyca Robotics se distingue par son véhicule autonome Elodie déplaçant un bras articulé ou jusqu’à 100 kg de charges. Prochainement, Helena assurera jusqu’à une tonne d’emport.

Article publié sur Rocking Robots

Le nom Wyca provient de l’anglais Welcome your customers anywhere (Accueillez vos clients où que vous soyez). En 2015, la PME toulousaine nait de l’idée de propriétaires de garde-meubles désireux de confier à un robot mobile l’accueil des locataires afin de les guider jusqu’à leur box de stockage. Présidée par Nicolas de Roquette, son fondateur, et Patrick Dehlinger, Directeur général, l’entreprise conçoit et fabrique ses robots en France.

Serviable de façon continue, le robot dispose d’un écran pour faciliter les interactions et, le cas échéant, mettre le visiteur en relation avec un téléconseiller. Les premiers utilisateurs français et suisses apprécient son efficacité et sa disponibilité. À tel point qu’ils envisagent de lui confier d’autres missions, comme le relevé de linéaires de grandes surfaces commerciales, la préparation de commandes, l’inventaire d’entrepôts, la désinfection de chambres d’hôpital, ou encore la surveillance d’un datacenter.

Les partenaires banquiers, BPI France et M Capital Partners encouragent cette diversification de la PME dont le chiffre d’affaires n’a pas encore franchi un million d’Euros. Ils viennent de boucler une levée de fonds à hauteur de 1,6 million d’Euros. Du coup, les effectifs pourraient doubler en un an, des profils marketing, commerciaux et d’intégration en robotique (framework ROS 2.0 et développement full stack) venant renforcer les douze salariés actuels.

Une base mobile propulsée par l’IA

Les clients apprécient la modularité permise par le premier véhicule autonome de Wyca Robotics, baptisé Elodie. La stratégie de la PME se focalise donc sur cette base mobile capable d’éviter les obstacles et de trouver son chemin par elle-même.

« Toute l’intelligence artificielle réside dans la faculté qu’a notre robot pour se localiser seul dans un environnement indoor. Il sait précisément où il est et reste en mesure de se déplacer d’un point A vers un point B en choisissant la route optimale, grâce à son LiDAR (un radar de télédétection fondé sur la lumière) couvrant 30 à 60 mètres et à ses caméras 3D et infrarouge, » explique Serge Crebassa, Vice-Président chargé des ventes de Wyca Robotics. Elodie déplace des charges allant jusqu’à 100 kg durant 8 heures sans recharge et se présente sous la forme d’un cylindre de 52 cm de diamètre et de 33 cm de haut.

Pour faire face à la croissance des commandes, un réseau d’intégrateurs épaule la PME et monte, au-dessus de sa base mobile, les capteurs et équipements adaptés aux missions souhaitées par chaque client. L’intégrateur TDR (groupe MCA) a ainsi placé un bac intelligent pour la remise en rayons des articles de sport de Decathlon.

Pour les plus grosses commandes, la PME toulousaine contacte des usines partenaires, prêtes à construire Elodie sous licence. Mais, comment rester compétitif face aux fabrications chinoises ? « Notre modèle économique nous permet de rester ouverts aux TPE et aux PME qui n’investiront pas plus de 1 000 euros par mois en leasing. Grâce à nos API (interfaces de programmation d’applications), ces petites structures innovantes peuvent bâtir rapidement leur prototype, avec peu de compétences nécessaires. Les risques cyber sont réduits car Elodie n’a pas besoin de réseau pour circuler, mais d’une cartographie pré-établie. Reste à faire connaitre l’offre aux décideurs qui croient encore qu’un robot français coûte plusieurs centaines de milliers d’Euros. »

Des modules adaptés aux missions logistiques

Justement, à l’occasion du salon Global Industrie qui se tient à Lyon les 22 et 23 septembre, en parallèle de l’événement Sido, trois modules sont présentés pour couvrir Elodie de missions interactives, de sécurité ou dédiées à l’industrie.

Le premier module reçoit un double écran tactile posé à la verticale au-dessus du robot ; il anime ainsi les points de vente, assure l’accueil d’un hôtel ou du hall commercial.

Équipée d’une tourelle, Elodie devient agent de surveillance. Le robot patrouille partout dans les locaux d’entreprise et les entrepôts industriels, sa caméra à 360° à vision nocturne détectant les mouvements suspects et levant les doutes rapidement.

Enfin, dans sa version dédiée à l’industrie, Elodie est capable de charrier des caisses standardisées et devient volontiers servante d’outils, suivant le salarié dans ses tâches de préparation ou de maintenance. Plusieurs zones de déplacement peuvent être prédéfinies pour porter des commandes à l’expédition, ce qui procure des gains de productivité significatifs.

« La collecte automatique effectuée par notre robot autonome lié au système de préparation de commandes apporte un retour sur investissement inférieur à un an », confirme Serge Crebassa.

Une seconde plateforme en préparation

Les ateliers de fabrication pourront déplacer un bras articulé monté sur ce véhicule autonome, ce qui évitera d’équiper chaque chaîne de montage d’un robot dédié. Développée en collaboration avec un grand partenaire industriel, Helena est la prochaine plateforme mobile de Wyca Robotics. Elle sera capable de déplacer jusqu’à une tonne d’emports, en toute autonomie, dès novembre 2021.

L’expansion internationale de Wyca Robotics reprendra au premier semestre 2022, via l’Europe du Nord, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche. Le marché des USA sera servi, quant à lui, à compter de l’année 2023.

Auteur de l’article : la Rédaction

Olivier Bouzereau coordonne des projets de recherche collaboratifs Européens avec la communauté open source OW2. Ses contenus interactifs et ses applications en ligne s'adressent principalement aux acteurs de la santé, aux médias et aux événements professionnels.