L’AFCDP cherche à faire entendre les DPO à Bruxelles

Paul-Olivier Gibert, le président de l’AFCDP, l’association française des DPO (Data Protection Officers) veut rapprocher les professionnels de la donnée des instances européennes.

Pour mieux faire entendre la voix des DPO auprès de la Commission européenne de Bruxelles, Paul-Olivier Gibert encourage la transformation en personne morale de la confédération informelle créée il y a dix ans par l’AFCDP et ses homologues du vieux continent. La CE-DPO paneuropéenne siègera dans la capitale belge, afin de travailler au plus près des équipes qui structurent actuellement le marché des données en Europe et tentent d’encadrer les acteurs Internet, via de nouveaux textes comme le Digital Markets Act et le Data Act. Une préoccupation des DPO concerne justement l’articulation de ces textes avec le règlement RGPD.

Dans l’interview vidéo ci-dessus, accordée à l’occasion de l’édition 2022 de Ready for IT, il précise les enjeux de pouvoir qui se profilent également au sein des organisations, entre autres entre les DSI, responsables numériques, DPO et RSSI. Quel impact la guerre en Ukraine exerce-t-elle sur les responsables de données numériques ? Comment éviter que les contenus des réseaux sociaux ne se retournent contre leurs auteurs ? Comment le métier de DPO évolue-t-il ? C’est à découvrir en quelques minutes dans la vidéo, et bien plus en détails, lors du prochain colloque de l’AFCDP, prévu le 22 juin à Paris.

Auteur de l’article : la Rédaction

Olivier Bouzereau coordonne des projets de recherche collaboratifs Européens avec la communauté open source OW2. Ses contenus interactifs et ses applications en ligne s'adressent principalement aux acteurs de la santé, aux médias et aux événements professionnels.