Dix talents recherchés par les éditeurs de logiciels

La récente étude « Formations et compétences chez les éditeurs de logiciels en France » de l’OPIIEC (l’Observatoire Paritaire de l’Informatique, de l’Ingénierie, des Etudes et du Conseil) témoigne de l’évolution des métiers d’une branche en voie de SaaSification.

Les logiciels délivrés en tant que services, via le cloud computing, changent la donne. Parmi les dix métiers les plus recherchés chez les éditeurs, on trouve en effet une majorité de fonctions liées à l’exploitation désormais  (en italique ci-dessous) :

  1. Développeur
  2. Chef de projet
  3. Administrateur de bases de données
  4. Commercial
  5. Architecte technique
  6. Expert technique
  7. Intégrateur d’exploitation
  8. Consultant systèmes et réseaux
  9. Administrateur d’infrastructure
  10. Conseiller support technique

Une redistribution des tâches

Réalisée avec Jobijoba et le CXP, cette étude dénote une forte demande pour les profils de développeurs, avec des réalités très variées selon la taille de la structure. Le problème de gestion de ressources humaines de l’éditeur ressemble à celui de nombreuses grandes organisations :

« Les architectures sont en refonte complète. Chacun doit s’adapter à l’émergence d’objets connectés ou d’usages mobiles. Les développeurs recherchés doivent être capables de mettre en production de nouveaux services rapidement, via un outillage moderne, à l’aide de plateformes PaaS, d’une approche agile. Je note aussi une recrudescence des projets autour des réseaux filaires et sans fil. La recherche de compétences dans ce domaine redevient un sujet majeur en 2017 », observe Godefroy de Bentzmann, co-Président de Devoteam et président de Syntec Numérique.

Hier encore convaincus que les GAFA exposaient trop facilement les données de leurs clients aux cyber-attaques, les éditeurs sont maintenant lancés dans un mouvement massif d’externalisation en cloud public. « La cyber-sécurité est au centre de nombreux projets. Elle fait l’objet de solutions techniques qui s’appuient sur des architectures openstack ou à base de technologies blockchain, mais surtout pas autour de solutions historiques sous clé. La vraie révolution numérique fait que l’information est dupliquée tellement partout que la falsifier devient impossible ».

Des profils à double compétence très prisés

L’analyse sémantique d’un échantillon composé de 50 000 offres d’emploi, publiées entre le 1er janvier 2015 et le 6 juin 2016, par 600 éditeurs de logiciels (hors ESN) dénote aussi que les éditeurs demandent de plus en plus de profils à double compétence, à la fois technique et commerciale, ou de gestion de projet.

« Vrai témoin d’une grande vitalité de notre secteur, le recrutement représente aussi l’un des principaux freins au développement des éditeurs de logiciels, tant ces derniers peinent à trouver sur le marché du travail les talents requis. C’est pourquoi Syntec Numérique s’est particulièrement investi dans cette étude conduite par l’Opiiec et multiplie les actions pour contribuer à rendre l’industrie du logiciel plus attractive auprès des jeunes, œuvrant pour déployer les enseignements liés au numérique au plus tôt, et pour créer la meilleure adéquation entre les besoins en compétences de nos entreprises et l’offre de formation », commente Gilles Mezari, vice-président du collège Editeurs de Syntec Numérique.

Au-delà d’une cartographie très fine des besoins en compétences et de l’offre de formations liées à l’édition de logiciels, cette étude propose des pistes concrètes afin que la branche et les établissements travaillent ensemble à une meilleure adaptation des formations.

Par ailleurs, elle renseigne les éditeurs sur les dispositifs existants de formation professionnelle, avec notamment un focus sur ses diverses modalités de financement, souvent méconnues. Deux axes de travail sur lesquels Syntec Numérique se mobilise et continuera à travailler dans les prochains mois.

Pour en savoir plus, lire l’étude complète en ligne.

 

Auteur de l’article : la Rédaction

la Rédaction
Olivier Bouzereau pilote le développement de services métiers, assure la dissémination de projets de recherche Européens et coordonne la communauté open source OW2.