Le micro-datacenter sera vital aux occupants du véhicule autonome

Les micro-datacenters vont désengorger l’autoroute de l’information, apporter la sécurité et les performances attendues par les services IoT, explique Jean-Baptiste Plagne, Vice-President de la Division IT de Schneider Electric France. 

Le paysage hybride des datacenters 

Les voitures autonomes vont générer plus d’un giga-octet de données par minute avec une nécessité de « temps réel » très forte pour garantir la sécurité des occupants. Ces nouveaux usages entrainent le besoin de re-localiser une partie des données au plus près des usages « At The Edge » et d’interfacer ces données locales avec des données centralisées dans des datacenters cloud. En complément des grands datacenters centralisés, il faut donc des datacenters plus petits, distribués et placés au plus près de la source qui vont permettre de désengorger les autoroutes de l’information, éviter les problématiques de latence, apporter de la sécurité physique et gérer efficacement les capacités temps réel requises par l’IoT.

Les indicateurs clés de performances en production

Il y a presque 10 ans, le consortium The Green Grid introduisait le PUE (Power Usage Effectiveness), indicateur de performance énergétique des datacenters. En 2010, un accord a été signé pour normaliser cet indicateur et en faire un outil de référence mondiale. C’est l’indicateur clé pour mesurer la performance du datacenter en production.

En juin 2016, le Green Grid a conçu un nouvel indicateur, le Performance Indicator (PI), qui complète le PUE avec deux mesures de performance du système de refroidissement. En effet, cet indicateur évalue la performance du système de refroidissement en conditions normales (« IT thermal conformance ») et sa capacité de résilience face aux pannes (« IT thermal resilience »). D’où un trio de mesures pour des capacités intrinsèquement liées dans le datacenter : son efficacité, sa performance et sa résilience. Le PI prévoit quatre niveaux de mesure, du plus élémentaire avec un minimum de points de mesure au niveau des racks, au plus exhaustif fondé sur autant de points de mesure que possible dans une salle blanche. L’intérêt du PI est d’aider la prise de décision pour équilibrer efficacité, performance et résilience dans le datacenter.


Les compétences à réunir

Les informaticiens ne sont plus les seuls profils recherchés dans les datacenters. La sensibilité aux enjeux business induit l’embauche de spécialistes autour et au sein des datacenters. De l’analyse des besoins à l’exploitation proprement dite des datacenters, en passant par les exigences de la réglementation, de nouvelles compétences métiers émergent : responsable de la conformité, évangélistes du cloud, experts DCIM… En parallèle, les domaines de compétences indispensables au bon fonctionnement des datacenters concernent la gestion énergétique et du refroidissement, l’optimisation de la consommation, la gestion des flux d’air chaud/froid, l’utilisation du free-cooling. Entrent en ligne de compte aussi la gestion et la protection des données pour garantir l’intégrité physique des infrastructures et la souveraineté des données ainsi que la maintenance des serveurs, des onduleurs, des systèmes de refroidissement pour garantir une disponibilité continue, en 24/7. 


Les prochains défis à relever

Nous faisons face à de nombreux défis et devons accompagner la révolution digitale en déployant des infrastructures de datacenters adaptées, sécurisées et surtout éco-performantes pour gérer la forte demande d’électricité. Il y a un vrai défi énergétique, il s’agit de l’efficience énergétique au sens large, l’empreinte carbone, l’utilisation des énergies renouvelables (solaire, éolienne, hydraulique, géothermique…), une gestion différente de l’énergie. Il ne faut pas oublier que le coût de la consommation électrique d’un datacenter représente plus de 30% des dépenses opérationnelles. Après les engagements pris lors de la COP21, les considérations écologiques apparaissent essentielles. Des solutions technologiques (refroidissement free-cooling, stockage de l’énergie) et des logiciels de gestion existent pour diminuer la consommation électrique des datacenters, c’est aussi l’engagement de Schneider Electric face à ces enjeux cruciaux pour la planète.

Auteur de l’article : la Rédaction

la Rédaction
Journaliste spécialisé, animateur de conférences et de la communauté open source OW2, Olivier Bouzereau s'intéresse au développement de services Web, aux infrastructures, au stockage et à la sécurité informatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.