Equinix investit à Amsterdam

Eric_Schwartz_Equinix
Eric Schwartz, président d’Equinix EMEA

Equinix investit 113 millions de dollars dans un nouveau centre de données à Amsterdam, un axe de connexion essentiel dans le monde qui continue à jouer un rôle important pour croiser les flux de données de l’économie numérique. Avec la construction du site AM4, Equinix offrira de nouvelles opportunités d’interconnexion pour relier les entreprises à leurs clients, employés et partenaires et stimuler leurs performances », prévoit Eric Schwartz, président d’Equinix EMEA.

Suite au récent rachat de TelecityGroup, Equinix exploite désormais plus de 145 datacenters sur 40 marchés, dont sept à Amsterdam. Le futur centre AM4, situé dans le Science Park, étendra la capacité d’hébergement et offrira un accès direct aux fournisseurs de services cloud hybride et aux points d’interconnexion Internet.

Créer son environnement multi-cloud

Les entreprises souhaitant créer un environnement multi-cloud peuvent profiter de la combinaison de fournisseurs de plateformes cloud public incluant AWS, Google Cloud Platform, Microsoft Azure, Microsoft Office 365, Oracle, et IBM Softlayer.

Les entreprises souhaitent qu’on leur fournisse un réseau global. En général, nous n’intervenons pas aux niveaux PaaS et SaaS afin de ne pas concurrencer nos clients éditeurs et prestataires de services cloud. Notre modèle de services se focalise sur l’exploitation de Datacenters, sur les échanges vers les plateformes cloud et vers le réseau internet. Nous procurons des services et un soutien efficaces que nos clients apprécient. Les prestataires clouds rejoignent nos centres et contribuent à proposer un vaste choix de services. La flexibilité et la diversité de fournisseurs comptent beaucoup pour les professionnels« , observe Eric Schwartz.

Tandis que les échanges voix/données sont canalisés par les applications telles que Skype, Facetime ou Google Hangouts, la clientèle des opérateurs de télécommunications n’est pas écartée pour autant.

Bien qu’ils bâtissent leurs propres datacenters et leurs propres clouds, les opérateurs de télécommunications ont plusieurs motivations pour rejoindre nos sites. Ils ont besoin d’une diversité de liens et de plateformes car ils doivent distribuer des applications au plus près de leurs clients pour des raisons de performances. Aux extrémités du réseau, les déploiements deviennent difficiles à gérer à l’échelle mondiale. Les interconnexions exigent beaucoup de travail et s’avèrent coûteuses en temps. Nous leur apportons une connectivité étendue et une intégration efficace« , conclut-il.

Haut de plus de 70 mètres, le site AM4 sera bâti à proximité du site AM3 inauguré en 2012 et agrandi l’an passé. Ce dernier a remporté plusieurs prix pour son respect de l’environnement et l’innovation de son système de stockage d’énergie thermique par le sol (ATES – Aquifer Thermal Energy Storage). La chaleur générée par les équipements du centre peut être réutilisée pour chauffer les bâtiments à proximité ; les clients réalisent ainsi des économies d’énergie et peuvent réduire leur empreinte carbone de façon significative.

Quatre phases de développement prévues

Dès sa première phase de développement, le datacentre AM4 abritera 1 555 baies. Le bâtiment sera opérationnel à l’issue de la première phase, qui sera achevée au second trimestre 2017. Une fois ses quatre phases achevées, il représentera un investissement total de 189 millions de dollars, et offrira une capacité de 4 200 baies réparties sur huit étages. Sa surface utile totale s’étendra ainsi sur plus de 11 500 mètres carrés.

Equinix concentre à Amsterdam plus de 850 clients et des connexions avec plus de 125 fournisseurs de services réseau. La proximité avec l’Internet Exchange AMS-IX d’Amsterdam et l’Internet Exchange des Pays-Bas (NL-ix), attire plus de 1 000 fournisseurs d’accès Internet, opérateurs de télécommunications, prestataires de contenus et services d’hébergement du monde entier.

Auteur de l’article : la Rédaction

la Rédaction
Journaliste spécialisé, animateur de conférences et de la communauté open source OW2, Olivier Bouzereau s'intéresse au développement de services Web, aux infrastructures, au stockage et à la sécurité informatiques.