Chréage modélise les chemins de la connaissance

La startup d’Idriss Aberkane représente en 3D nos « sandwitches de connaissances ». Elle spatialise les onglets que nous organisons patiemment dans le navigateur web pour faciliter nos tâches quotidiennes.

Intervenu en ouverture de Roomn 2018, les « rencontres d’affaires mobilité et digital » à Monaco, le chercheur en neurosciences, tour à tour, inquiète et fait rêver les concepteurs de services numériques sur le potentiel de l’Intelligence Artificielle.

L’auteur d’essais sur la géopolitique et l’économie de la connaissance « Libérez votre Cerveau » (Ed. Robert Laffont, nov. 2017) invite à prendre exemple sur l’ingéniosité de la nature pour développer nos futures applications intelligentes.

La nature impossible à concurrencer

« La nature offre plus de 4 milliards d’années de R&D difficiles à concurrencer. Prenez la résilience des fourmis rouges, capables de sauver leur colonie en bâtissant un radeau. Elles se débrouillent mieux que les ordinateurs. Mais, réaliser que l’intelligence collective humaine crée un service qu’aucune IA ne peut créer aujourd’hui ; cela prend un certain nombre d’années » .

Chréage est en cours de financement ouvert et retient plusieurs composants open source et des algorithmes d’IA pour proposer une nouvelle ergonomie de navigation web, au travers de collections d’onglets accessibles rapidement. « Notre but est de bâtir des infrastructures de la connaissance. Des beta-testeurs utilisent déjà l’interface. Tapez un mot-clé et le logiciel vous dessine le bras barycentrique de votre réseau, ou bien celui des utilisateurs ayant fait des requêtes similaires sur le web » .

Une projection de cette perspective sur table numérique ou dans une paire de lunettes à réalité augmentée est envisagée tandis qu’une version mobile de l’interface innovante, en dessins à plat, est déjà en développement.

Visionnaire, Idriss Aberkane tente de tirer le meilleur de l’algorithmique et des stratégies du vivant, en les faisant coopérer. Mais, à quoi bon s’inquiéter encore de l’IA, puisque « le chien de berger n’a pas remplacé le berger. En revanche, l’entreprise qui ne domestiquerait pas cette discipline maintenant peut s’inquiéter pour son avenir » .

 

Auteur de l’article : la Rédaction

la Rédaction
Journaliste spécialisé, animateur de conférences et de la communauté open source OW2, Olivier Bouzereau s'intéresse au développement de services Web, aux infrastructures, au stockage et à la sécurité informatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.