Les citoyens trop peu formés aux cyber-risques

Plusieurs centres d’expertises contribuent à préserver les données de santé des citoyens. Mais qu’en est-il de leur propre formation aux cyber-risques ?

Administrateur du Cesin et FSSI des Ministères Sociaux, Philippe Loudenot confirme l’importance d’encadrer les choix de prestataires cloud pouvant héberger des applications et des données de santé.

« En matière de santé, tout ce qu’on peut assimiler à un Cloud public fait l’objet de certifications strictes. Ces infrastructures sont encadrées par la CNIL, par le ministère de la santé et par l’agence numérique de santé. »

« Les certifications rassurent mais ne suffisent pas. La conformité ne fait pas la sécurité. C’est une photo à un instant t montrant seulement qu’on a mis en œuvre et configuré ce que l’on avait écrit ».

Philippe Loudenot, FSSI des Ministères Sociaux et Administrateur du CESIN

L’Intelligence Artificielle fournit de nouvelles opportunités au Ministère de l’Emploi comme à celui de la Santé, jusque dans la cyber-protection de leurs réseaux respectifs.

 Il existe de nombreuses expérimentations dans le monde de la santé, de belles expériences sur l’IA au ministère du travail, ainsi que dans le domaine de la cyber-sécurité[…] Mais j’aimerais bien que l’ensemble des citoyens soit formé aux risques sur Internet afin que chaque individu devienne le maillon fort de la chaîne de sécurité.

Auteur de l’article : la Rédaction

la Rédaction
Journaliste spécialisé, animateur de conférences et de la communauté open source OW2, Olivier Bouzereau s'intéresse au développement de services Web, aux infrastructures, au stockage et à la sécurité informatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.